Vous avez besoin d'une info ?


Si besoin laissez nous un message et nous vous répondrons au plus vite.

Vous avez besoin d'une info ?

Meilleures ventes

Promotions

Carte prière contre le coronavirus

Neuf

Une prière spécifique puissante pour une situation exceptionnelle !

« Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ! »

Plus de détails

rating Lire les 14 avis
Note moyenne : 10/10 Nombre d'avis : 14

0,63 €

En savoir plus

Carte prière contre le coronavirus

“En plus de ces mesures proposées par prudence par les autorités sanitaires, il me semble tout aussi urgent de faire monter vers Dieu nos prières, en invitant les fidèles à prier en particulier pour les malades, les soignants, et ceux qui s’emploient à lutter contre cette épidémie.”  (Mgr Jean Legrez, Archevêque d’Abi, France)

Voici une carte prière à diffuser pour encourager la prière.
Cette prière peut aussi être utilisée en neuvaine.

Un prière spécifique, par l'intercession des saints qui se sont illustrés dans l'histoire dans les épidémies accompagnés de Notre Dame de la Médaille Miraculeuse et de l'Archange saint Michel.

1 carte 0.75€ ou 10 cartes pour 5€
Carte 10/15 cm

Au milieu du XIXème siècle, alors que le choléra sévissait dans notre pays, sainte Émilie de Villeneuve était allée en pèlerinage à Pibrac pour demander à sainte Germaine d’intercéder pour que l’épidémie cesse dans sa ville de Castres. Peu de temps après cette demande la propagation du choléra s’est arrêtée.

Devant la progression du virus Covid-19, Les Sœurs Bleues nous proposent de prier avec toutes leurs communautés et avec l’équipe de La Bonne Nouvelle, pour demander aux grands saints de l’histoire qui se sont illustrés en cas d’épidémie, ainsi que Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, d’intercéder pour que Dieu mette fin rapidement à cette crise mondiale.

PRIONS pour la victoire contre le coronavirus

Dieu Notre Père, Seigneur et Maître de l’Univers, toujours attentif à la clameur de ceux qui t’invoquent, nous savons que tu restes proche de nous dans les difficultés et les joies de notre vie quotidienne. C’est pourquoi, devant cette Pandémie due au Coronavirus qui secoue notre monde, nous avons recours à toi avec foi et confiance et nous te demandons :
– la cessation de ce fléau,
– la victoire de la Vie sur la mort,
– le triomphe du Coeur Immaculé de Marie.

– Seigneur, guéris les malades !
– Aide tous les chercheurs pour trouver un remède !
– Soutiens tous les soignants et le corps médical,
– Protège toute la population et surtout les plus fragiles !
Jésus, nous avons confiance en toi  et nous te confions particulièrement _______ (citez ici vos intentions particulières).
Père, toi le Dieu de bonté et de tendresse qui élèves les petits et les pauvres, prends pitié de nous et de notre monde. Amen !

1 Notre Père, 10 Je vous Salue Marie, et 1 Gloire au Père.

– Sacré-Coeur de Jésus, sauvez-nous !
– Saint Roch, priez pour nous !

– Saint Sébastien, priez pour nous !
– Saint Camille de Lellis, priez pour nous !
– Saint Jean de Dieu, priez pour nous !
– Sainte Rosalie, priez pour nous !
– Sainte Mère Teresa, priez pour nous !
– Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, priez pour nous !
– Saint Joseph, priez pour nous !
– Saint Michel Archange, protégez-nous !
– Précieux Sang de Jésus, protégez-nous !
 Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.

Amen !

 

Prière écrite par le Soeurs Bleues et Thierry Fourchaud
Il est possible de faire cette prière durant 9 jours en neuvaine afin d’intercéder avec force et confiance. Il est bon de porter des objets bénis comme la Médaille Miraculeuse ou la croix de saint Benoît.

 

L’actualité du coronavirus invite les chrétiens à se tourner vers les saints qui ont consacré leur vie aux victimes des épidémies et aux malades d’une façon générale.

Saint Roch : Protecteur de la Peste et des épidémies

Saint Roch est un saint très invoqué, dès le Moyen Âge, comme protecteur contre le terrible fléau de la peste. Sa popularité est toujours aussi grande, notamment en Asie en ce moment, d’après les témoignages de missionnaires sur place. Sa protection s’est progressivement étendue au monde agricole, aux animaux, aux grandes catastrophes telles que les tremblements de terre, les épidémies et les maladies très graves.

Peu de temps après sa mort, son culte devint très populaire en Italie, en France puis dans toute l’Église. Saint Roch est le protecteur invoqué notamment lors des épidémies de peste, depuis le concile de Ferrare, après les graves ravages de ce mal venu d’Orient et transmis par les marins, en particulier à Venise, Marseille, Lisbonne, Anvers et en Allemagne…

Saint Sébastien : Il a fait ses preuves en Lombardie

Au Moyen Âge, le saint le plus célèbre et le plus supplié est pourtant sans conteste saint Sébastien. Plus de dix-huit prières différentes adressées à ce martyr ont été recensées. À titre de comparaison, saint Roch ne bénéficie « que » de quatre prières à la même période. Les prières médiévales à saint Sébastien évoquent presque toutes l’arrêt de l’épidémie de peste qui lui est attribuée en Lombardie. Connu pour les souffrances qu’il a endurées lors de sa mort, saint Sébastien a été tué vers 288 lors de la persécution des chrétiens par l’empereur romain Dioclétien. S’il est vénéré comme un saint efficace contre la peste, on le prie aussi contre la paralysie, les fièvres et les maladies contagieuses.

Camille de Lellis : Patron des personnels hospitaliers

Cet adolescent italien, orphelin et sans fortune, a une jeunesse dissipée. Il s’engage dans l’armée espagnole, se fait renvoyer puis devient homme à tout faire dans un couvent de capucins où il se convertit. Atteint d’un ulcère incurable à la jambe, il entre à l’hôpital Saint-Jacques de Rome. Il est si frappé par la détresse des autres malades qu’il s’y engage comme infirmier. L’indifférence de ses collègues vis-à-vis des malades le bouleverse. Il entreprend de réformer tout cela. En prenant soin des malades, ce sont les plaies du Christ qu’il soigne. Sa charité rayonnante lui attire de jeunes disciples. Ces volontaires, qui se réunissent pour prier ensemble et rivalisent de tendresse envers les malades, constituent le noyau initial des clercs réguliers des infirmes que l’on appellera familièrement par la suite les camilliens.

La musique que je préfère, c’est celle que font les pauvres malades lorsque l’un demande qu’on lui refasse son lit, l’autre qu’on lui rafraîchisse la langue ou qu’on lui réchauffe les pieds », dit Saint Camille de Lellis à ses frères.

Voici la mission de ces nouveaux religieux, pères et frères : « L’exercice des œuvres spirituelles et corporelles de miséricorde envers les malades, même atteints de la peste, tant dans les hôpitaux et prisons que dans les maisons privées, partout où il faudra ». Pour mieux établir son institut, Camille devient prêtre. Partout où se déclare une peste, il accourt ou envoie ses frères. Il finit par mourir d’épuisement à Rome en 1614.

Saint Jean de Dieu : Protecteur des hôpitaux et des malades

À 8 ans, pour des raisons que l’on ignore, le jeune Portugais Joao Ciudad fait une fugue et se retrouve, vagabond, sur les routes. Pendant 33 ans, il va mener une vie d’errance : enfant-volé puis abandonné par un prêtre-escroc, il parcourt l’Espagne, tour à tour berger, soldat, valet, mendiant, journalier, infirmier, libraire… Le vagabond, un moment occupé à guerroyer contre les Turcs en Hongrie, se retrouve à Gibraltar. Et c’est là qu’un sermon de saint Jean d’Avila le convertit. Il en est si exalté qu’on l’enferme avec les fous. Puis son dévouement éclot en œuvres caritatives. Tout ce qu’il a découvert et souffert va le faire devenir bon et miséricordieux pour les misérables.

Il organise des collectes pour eux, ouvre un hôpital, crée un ordre de religieux, l’ordre de la Charité. L’hôpital qu’il a fondé à Grenade donnera naissance aux frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Aujourd’hui, l’ordre hospitalier est présent sur les cinq continents et les frères y ont fondé des hôpitaux, des maisons de santé, des centres de réhabilitation, des accueils de nuit, des écoles de formation. Au moment de mourir, il dira : « Il reste en moi trois sujets d’affliction : mon ingratitude envers Dieu, le dénuement où je laisse les pauvres, les dettes que j’ai contractées pour les soutenir ».
(Source Alétéia)

Notre Dame de la Médaille Miraculeuse

Paris, Le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge apparaît de nouveau à Catherine dans la chapelle. Cette fois, c’est à 17h30, pendant l’oraison des novices, sous le tableau de saint Joseph (emplacement actuel de la Vierge au globe).
D’abord Catherine voit comme deux tableaux vivants qui passent, en fondu enchaîné, et dans lesquels la Sainte Vierge se tient debout sur le demi-globe terrestre, ses pieds écrasant le serpent.
Dans le 1er tableau, la Vierge porte dans ses mains un petit globe doré surmonté d’une croix qu’elle élève vers le ciel. Catherine entend : « Cette boule représente le monde entier, la France et chaque personne en particulier ».
Dans le 2e tableau, il sort de ses mains ouvertes, dont les doigts portent des anneaux de pierreries, des rayons d’un éclat ravissant. Catherine entend au même instant une voix qui dit : « Ces rayons sont le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent ».
Puis un ovale se forme autour de l’apparition et Catherine voit s’inscrire en demi-cercle cette invocation en lettres d’or :
« Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ».
Alors une voix se fait entendre: « Faites, faites frapper une médaille sur ce modèle.
Les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces».

Après les apparitions de La rue du Bac à Paris, Catherine connaît sa mission : faire frapper une médaille. L’Archevêque de Paris, Mgr de Quélen, ne voit nul inconvénient à faire frapper la médaille demandée par la Vierge Marie. Il exprime aussi le désir de recevoir l’une des premières.
En février 1832 éclate à Paris une terrible épidémie de choléra, qui fera plus de 20 000 morts. En juin, les premières médailles réalisées sont distribuées par les Filles de la Charité. Aussitôt guérisons, conversions, protections se multiplient. C’est un raz-de-marée. Le peuple de Paris appelle la médaille de l’Immaculée la « médaille miraculeuse. »

Médaille Miraculeuse disponible ici

Que Dieu nous bénisse !

Thierry Fourchaud et l’équipe de La Bonne Nouvelle

+ La Bonne Nouvelle – 8 rue Roger Lévy

47180 Sainte Bazeille (France)

Tél: 05.53.20.99.86

Avis

Cliquez ici pour donner votre avis

rating
rating
à réciter, tous les jours, par les temps qui courent .....
rating
carte prière
merci
rating
Magnifique prière
rating
Super
Je l’a dit chaque jour
rating
carte
que je vais offrir a reception
rating
Belle carte prière un peu sombre
La couleur sombre de la photo (si lumineuse à la rue du bac).... comme si la Vierge était triste avec nous.
rating
image de la sainte vierge contre le coronavirus
Merci pour ces images de la Vierge de la rue du Bac avec cette prière qui nous aide à lutter contre le coronavirus. Que notre mère du Ciel nous protège de cette épidémie!
rating
Tb
rating
rating
A diffuser largement
Temps de prière ; temps de repentir - Examen de conscience - C'est un chemin de Paix un chemin de Joie - Merci de cette carte qui ouvre les vannes du Ciel là où c'est utile ... Affection
rating
Carte
Pour donner à ma mère.
rating
Très belle carte d'un grand format et prière très lisible
rating

25 autres produits dans la même catégorie :

Follow us on Facebook

***